26 Juin

Jeux d’inspiration Montessori pour un enfant de 2 ans

Quels jeux d’inspiration Montessori pour mon enfant de 2 ans ?

Zoom sur « Montessori », la tendance du moment  

exemples de jeux Montessori pour des enfants de 2 ans
Exemples de jeux d’inspiration Montessori

La pédagogie Montessori est une grande tendance depuis quelques années dans l’éducation des enfants. Dès la naissance, impossible de faire l’impasse sur cette approche, on en parle partout ! Mais évidemment, il y a du vrai et du faux, des choses à prendre et d’autres à laisser. Pas facile non plus de savoir quoi proposer comme jeu ou activité à son enfant en fonction de son âge. Surtout que le choix est immense dans les magasins. Alors comment faire simple et éviter de gaspiller du temps et de l’argent ? Quels jeux Montessori pour un enfant de 2 ans ? Je vous dis tout ici !

Dans cet article, je vais vous permettre d’y voir plus clair sur les besoins d’un enfant d’environ 2 ans et les types de jeux qui sont adaptés. Vous connaîtrez les grands principes de la méthode Montessori. Ensuite, vous aurez toutes les astuces pour pouvoir l’appliquer librement et simplement avec votre enfant de 2 ans. Enfin, vous trouverez un vrai/faux permettant de supprimer tout préjugé ou fausse croyance sur les jeux Montessori et cette approche.

Avant tout, ce qu’il faut retenir c’est qu’il faut adapter ce que vous proposez à votre enfant et à ses besoins. Pour bénéficier de conseils vraiment personnalisés et adaptés à votre famille et à vos possibilités, je vous recommande de me contacter ici :  https://www.defilenfamille/contact/

Même en ayant lu cet article sur les jeux Montessori pour les enfants de 2 ans, vous avez encore des questions ?

Je suis là pour répondre à vos questions et cheminer avec vous, pas-à-pas 😉 : 

Le sommaire  

Qu’est ce que la pédagogie Montessori Le rôle de l’adulte Le matériel L’approche Montessori, ce n’est pas Jeu ou activité ? Pourquoi des jeux ? Activité libre Les besoins d’un enfant de 2 ans Raisonner en terme de besoin Quoi proposer Mes coups de coeur Penser simple et efficace A retenir

Avant de lire cet article, je tiens à préciser que chaque enfant est différent et a son propre développement psychomoteur. En cas de pathologie, de doute ou de question sur le développement de votre enfant, je vous invite à contacter un professionnel spécialisé (psychomotricien, ergothérapeute, pédiatre, …) . Infirmière Puéricultrice, je peux vous accompagner ! Contactez-moi ici.

Par ailleurs, il est difficile de traiter des jeux et de la pédagogie Montessori en un seul article. Alors évidemment je n’aborde pas tous les aspects. Par conséquent, pour toute question, vous pouvez me contacter ici : https://www.defilenfamille.fr/contact/

Qu’est-ce que la pédagogie Montessori ? 

Très tendance depuis quelques années, il n’est pas de parent ou de professionnel de la petite enfance qui n’ait entendu parler de la pédagogie Montessori. 

Mais qu’est-ce que c’est au juste en quelques mots ? 

Cette philosophie a été théorisée et mise en pratique par le Dr Maria Montessori au début du 20ème siècle. La méthode Montessori est une approche éducative qui vise à accompagner l’enfant à grandir en développant son autonomie. Chaque enfant a son propre développement et fait ses propres expériences. De plus, la notion de liberté est importante dans cette approche, tant dans la mobilité que dans les expériences sensorielles. L’enfant est une personne à part entière, dès la naissance (ou même avant…), et doit donc être considéré comme tel, dans toute son individualité. 

Le rôle de l’adulte

Cela peut paraître évident mais l’approche Montessori est intimement liée à la pédagogie positive et bienveillante. Aussi, l’enfant et l’adulte ont-ils une relation de confiance et de respect. En appliquant les principes de cette philosophie, vous vous engagez à faire preuve d’humilité, d’écoute et d’observation. Vous considérez que vous pouvez apprendre de votre enfant, tout comme il apprend de vous. La relation que vous tissez avec lui n’est pas un lien de domination ou d’autorité. Elle implique de se détacher des schémas autoritaristes  ancestraux et de laisser l’enfant exprimer son plein potentiel.

L’enfant est libre dans le cadre posé par l’adulte. Celui-ci prend alors le rôle de « phare » pour créer un environnement adapté, sécurisant et ludique pour l’enfant. En effet, l’ambiance doit être calme où règne l’ordre et la beauté. En effet, l’esprit de l’enfant absorbe ce qui l’entoure et s’imprègnera donc de cette atmosphère.

Quant à l’adulte, il est présent consciemment mais discrètement. Nous retrouvons alors la fameuse devise « Apprends-moi à faire seul ». Même si l’adulte peut paraître en retrait, j’attire votre vigilance sur le fait que l’adulte ne laisse pas faire l’enfant tout et n’importe quoi. L’ensemble des règles et des limites posées par l’adulte sont essentielles. Elles doivent être adaptées à l’enfant pour lui permettre de s’épanouir tout simplement.

Si vous rencontrez des difficultés pour poser des limites à votre enfant, contactez-moi ici.

Le matériel Montessori

Pour les jeux et les activités des enfants, il existe donc du matériel Montessori, avec des normes bien définies. Il est étudié de manière à présenter une seule notion et la présentation est soignée (couleurs, texture, …). Cependant, je vous invite à ne pas vous enfermer dans des jeux « labellisés Montessori » et à recourir plutôt aux types de jeux, en vous inspirant de ce matériel. En effet, il est dommage de se limiter à ces objets, parfois coûteux. Il m’est d’avis qu’il est plus judicieux d’adapter les principes en fonction de vos possibilités et de ce qu’apprécie votre enfant.

Si vous avez l’occasion de voir à quoi ressemble une Maison des Enfants (école Montessori), vous remarquerez que tout est rangé régulièrement. En outre, toutes les activités des enfants sont à leur hauteur. De plus, les jeux sont présents en quantité suffisante mais pas en nombre important. Ainsi, chaque enfant choisit une activité qui lui fait envie puis la remet à sa place à la fin. Il peut alors avancer à son rythme et cheminer librement au cours de la journée.

L’idée de mon article étant de s’inspirer, sans prendre à la lettre toute la méthode, nous parlerons plutôt d’inspiration Montessori. Ainsi, je vous invite à vous sentir libre de prendre ce qui vous parle (et ce qui plaît à votre enfant surtout !) dans cette approche et dans les jeux ou activités proposées et de laisser de côté ce qui ne convient pas à votre famille.

En outre, si vos proches offrent à votre enfant le dernier jouet Vtech ou Chicco en plastique multicolore et que votre enfant l’adore, ne l’en privez pas ! L’ouverture d’esprit est de mise ! Ce n’est pas grave d’avoir quelques jeux qui ne sont pas très « Montessori », tant qu’ils sont adaptés à votre enfant. Rappelez-vous que c’est surtout l’approche, l’environnement et votre posture qui comptent, davantage que l’activité ou le jeu en lui-même.

L’approche Montessori, ce n’est pas :

Lorsqu’on évoque l’autonomie, le risque est de laisser l’enfant seul « se débrouiller » avec des jeux et de ne jamais intervenir. Bien évidemment, l’idée est plus subtile. L’autonomie de l’enfant ne peut se développer que si ce dernier se sent suffisamment sécure, tant sur le plan affectif que physique. Pour cela, l’espace doit lui permette de répondre à ses besoins.

De plus, l’adulte est invité à être suffisamment présent pour l’encourager et aider l’enfant en cas de besoin. Oui, vous avez bien lu, seulement en cas de besoin ou de demande !… Parfois, cela va vous brûler les doigts de remettre droit la tour que votre enfant vient de construire, ou bien de remettre le pantalon de la poupée à l’endroit. Vous pouvez en parler, donner des suggestions à votre enfant éventuellement. Néanmoins, la spontanéité de l’enfant est à préserver. L’adulte ne doit pas faire à la place de l’enfant. Cela implique de laisser le temps à l‘enfant de faire ses propres expériences, de tester, de recommencer, de se tromper et de lâcher le contrôle sur ce que l’on aimerait qu’il fasse ou pas !…

Par ailleurs, l’approche Montessori ne se résume pas à des jouets en bois et des étagères à hauteur d’enfant. Ce n’est pas non plus l’apanage d’une élite bobo écolo qui est prête à investir des millions dans des jeux haut-de-gamme. La plupart des jeux Montessori sont des activités pratiques, de la vie quotidienne ou créées avec des objets de récup du quotidien. Vous pouvez donc vous rassurer et continuer à lire cet article si vous ne vous sentiez pas concerné avant ! Tous les parents ainsi que les personnes côtoyant des enfants devraient lire cet article !

Jeu ou activité ?

Pourquoi des jeux ?

Tout d’abord, le jeu est une activité. C’est d’ailleurs ce à quoi s’adonnent les enfants la plupart du temps. C’est comme cela qu’ils s’éveillent, grandissent et apprennent, donc développent leurs intelligences. Oui, il y a plusieurs types d’intelligence, mais ça c’est un autre sujet ! Jouer est un besoin pour les enfants. Il paraîtrait même que c’est également le cas pour les adultes, d’une manière un peu différente. Ce qu’il faut comprendre c’est que le jeu est une activité libre, créatrice, imaginaire, sans but précis. Elle n’entraîne pas de résultat ou de production définis. Un enfant qui joue c’est un enfant qui grandit et construit son cerveau à vue d’œil. Mais le jeu ne sert pas uniquement à apprendre, il peut aussi servir à se détendre, à communiquer et à se libérer des tensions. Avec tous ces atouts, on comprend bien que c’est fondamental de passer du temps à jouer !

Par ailleurs, on entend souvent dans les familles « arrête, ce n’est pas un jeu ! » Mais dire cela est en fait une aberration pour les jeunes enfants. En effet, pour eux, tout est un jeu. De la petite cuillère au téléphone de maman, en passant par le verre en cristal et le dernier puzzle acheté. Tout peut devenir un jeu, faisant l’objet d’explorations ou d’expériences.

Ensuite, je tiens à préciser un point. Le jeu n’est pas un objectif en soi. C’est l’effet qu’il engendre qui est recherché par l’enfant. Pour l’adulte, c’est ce qu’il permet qui est intéressant à proposer. Je pense donc qu’il est plus pertinent de parler d’activité plutôt que de jeu. Ce terme d’activité englobe le jeu mais aussi d’autres propositions plus globales et plus diversifiées. En outre, l’acte de jouer permet d’être en relation avec l’autre, de communiquer et d’imiter les comportements des adultes. Cet aspect prend de plus en plus de sens au fur et à mesure que l’enfant grandit.

L’activité libre ou spontanée

Contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas forcément besoin de matériel pour que l’enfant puisse jouer. Il est tout à fait profitable de le laisser jouer spontanément avec ce qui l’entoure. Cela lui permet d’exprimer toute sa créativité et son imagination. Très constructif pour l’enfant, c’est ce qu’on appelle le jeu libre ou activité spontanée.

L’adulte n’intervient que si l’enfant le demande. L’enfant est libre de décider ce qu’il choisit de faire, où il va, comment il le fait, …ou de ne rien faire. Il apprend à prendre des initiatives et prend conscience des conséquences de ses choix et de ses actes. L’enfant va à son rythme et peut cheminer sans être interrompu.

Les besoins d’un enfant de 2 ans

Entre 18 mois et 3 ans,  l’enfant est en pleine construction de son identité. Il intègre progressivement qu’il est une entité à part entière, différente des autres. Avant donc de développer suffisamment de compétences pour « faire seul », il doit donc d’abord « apprendre à être » lui-même. Cette période autour des 2 ans est l’occasion pour l’enfant de développer sa motricité (globale et fine), sa concentration et ses capacités sensorielles. Progressivement, il appréhende son schéma corporel et de reproduire ce qu’il observe. Il a besoin de tester, d’expérimenter par lui-même pour faire ses propres conclusions. Et cela implique de la répétition pour construire peu à peu des schémas neuronaux dans son cerveau en pleine ébullition.

Souvent la période des 2 ans est associée au « terrible two », aux colères, aux tempêtes émotionnelles. En effet, les enfants affirment leur identité et refusent parfois de faire ce que l’adulte leur demande. Ils disent « non », crient, se roulent par terre, jettent, etc. et l’adulte ne sait pas comment réagir. Mais le premier principe à intégrer est que cette période est une phase de développement normal de l’enfant, ce n’est pas un problème, il n’y pas à réagir. Il y a juste à accepter ces émotions et à les accompagner du mieux que l’on peut. Cela ne veut pas dire céder aux attentes de l’enfant, c’est différent.

Voir ma vidéo sur le sujet ici : https://youtu.be/hhk74TSJa74

Ce qu’il y a retenir de ce petit aparté sur les colères, c’est qu’elles proviennent souvent du manque d’harmonie entre les besoins de l’adulte et ceux de l’enfant. L’enfant a besoin de temps. Cela implique donc que l’adulte le laisse créer son cheminement ludique sans interférer, sauf urgence. Essayez de laisser votre enfant remonter le toboggan à l’envers ou mettre les cubes dans un saladier, même si vous auriez préféré qu’il agisse différemment. Vous constaterez que tout est OK et que tout le monde se sent mieux !

Par ailleurs, les enfants n’ont pas la même temporalité que nous. Avant 5 ans, le cerveau est en constante ébullition et chaque instant est vécu à 1000% par les enfants. Remarquant chaque détail, les enfants peuvent alors passer de longues minutes à observer les fourmis ou à transvaser des lentilles dans un bol. Ils vivent dans l’instant présent et ne se préoccupent ni du passé, ni de l’avenir. (Une belle leçon de vie hein ?!) Alors, la première chose dont ils ont besoin est qu’on leur laisse le temps. Le temps d’observer, d’écouter, de toucher, d’essayer, etc. Et tout ceci, en nous mettant, au moins de temps en temps, à leur hauteur et à leur rythme.

Raisonner en terme de besoin

Je parle dans cet article de jeu et d’activité pour les enfants d’environ 2 ans. Cependant, plus que l’âge, ce sont les besoins et les possibilités de l’enfant qui sont à analyser. En effet, comme dit précédemment, chaque enfant a son propre développement et un enfant de 2 ans n’en est pas au même stade qu’un autre sur tel ou tel plan. C’est normal. De plus, les enfants ont besoin de temps en temps de s’adonner à des activités régressives, qu’ils maîtrisent parfaitement, pour conforter leur ego et leur confiance en eux. Ainsi, il est tout à fait possible de proposer des activités théoriquement adaptées pour les plus petits (0-1 an) ou pour les plus grands (3-4 ans) si cela suscite l’intérêt de votre enfant.

La clef pour toute activité est de veiller à susciter l’intérêt de l’enfant. Comme nous, adultes, les enfants focalisent leur attention facilement sur ce qui les intéresse et attise leur curiosité. 

Par ailleurs, l’enfant a certes besoin de jouer mais il a aussi besoin de limites. Cela le sécurise. Il est donc fondamental de poser un cadre dans lequel l’enfant se sentira libre d’être et de faire. Une des règles qui me semble immuable est celle de respecter l’autre et soi-même. Evidemment, c’est aussi valable pour l’adulte.

Enfin, un enfant de 2 ans a tendance à vouloir changer d’activité très rapidement. Il ne peut pas se concentrer sur un jeu pendant une heure. Pour lui, tout est très stimulant et source d’expérience. Alors s’il passe du livre aux poupées au jardin en 5 minutes, ce n’est pas grave 😉

Allez, on passe au concret ! Quels jeux Montessori proposer à votre enfant de 2 ans ?

Les jeux et activités à proposer

De 0 à 18 mois, la plupart des jeux qui intéressent le bébé sont des jeux sensoriels qui visent à développer l’intelligence sensori-motrice de l’enfant (hochets, balles de préhension, instruments de musique, livres à toucher, etc.)

Vers 12 mois, l’enfant commence à expérimenter la notion de forme, de volume et apprécie le transvasement. Il vide, il remplit. A partir de 2 ans, il commence à construire et déconstruire. Il est donc possible de lui propose des cubes, briques de construction qu’il peut empiler et faire tomber par la suite. Il crée alors sa propre œuvre, teste, expérimente et prend conscience du pouvoir qu’il peut avoir sur les objets. 

Pour rappel, il est important de laisser l’enfant faire et recommencer. Il ne pourra pas refaire la tour de Kapla comme vous l’avez faite. Pour favoriser sa confiance en lui et sa créativité, le mieux est de le laisser faire par lui-même.

A partir de 18 mois, l’enfant est intéressé par les jeux symboliques où il imite ce qu’il perçoit.  Les jeux d’imitation sont donc tout particulièrement adaptés à la période 18 mois-3 ans. Parmi eux, les poupées, la dinette, les voitures, le bricolage, les déguisements, les figurines, etc. Ces jeux de rôle lui permettent de faire semblant, d’expérimenter les gestes du quotidien et d’exercer son imagination.

A cette période de développement, l’enfant peut aussi comprendre quelques consignes simples et claires. Il est donc temps de commencer à lui proposer des jeux de règles comme Mon Premier Verger ou des lotos/memory. Il fait l’expérience du hasard, de la patience, de l’échec et développe sa concentration. 

Pour développer le langage et la vue, des activités de tri avec des couleurs, la peinture, les jeux type Colorino sont les bienvenus.

Pour la manipulation, la coordination et la préhension fine, vous pouvez proposer de la pâte à modeler, du sable magique, de la pâte à sel (mon article sur le sujet ici), de la pâte à patouille, etc. Les activités de transvasement avec de la semoule ou des lentilles sont aussi appréciées. L’enfant va pouvoir également s’exercer à remonter une fermeture à glissière, visser/dévisser, enfiler des perles, ouvrir ou fermer une serrure ou des flacons, etc. 

L’enfant commence aussi à vouloir laisser une trace sur un support. Vous pouvez mettre à disposition sur une petite table des feuilles, des crayons, gommettes, etc. (Ikea fait des rouleaux de papier pas cher et très pratique par exemple).

Vous avez sûrement remarqué, votre enfant aime courir, marcher, sauter, etc. Draisiennes, petits vélos, ballons, cerceaux, danses, quilles, toboggans, jeux à tirer ou à pousser lui permettront de développer sa motricité globale et son équilibre. Vous pouvez également confectionner un parcours moteur chez vous avec des slaloms, des coussins, des tapis, des tabourets etc. 

Bien sûr, les livres sont des indispensables à tout âge. L’idée est d’en laisser quelques-uns à disposition de l’enfant dans une bibliothèque ou une caisse à sa hauteur pour qu’il puisse s’en saisir quand il le souhaite. Un coin lecture cocooning est l’idéal. Vous pouvez faire un roulement sur les livres pour qu’ils intéressent toujours votre enfant. Pensez aux prêts et aux bibliothèques municipales !

Pour favoriser le langage, l’observation et la communication, rien de tels que les activités autour de la musique, de la Nature ou de l’art. Un simple objet ou une image peut faire l’objet d’une activité ou d’un jeu passionnant.

Pour finir, je vous invite à vivre les gestes et tâches du quotidien comme un jeu. Faire la cuisine, mettre la table, faire le ménage, étendre le linge, nourrir le chat, vider le lave-vaisselle, ranger les jeux etc. sont autant d’occasions de faire participer votre enfant. Faites ce que vous avez à faire et expliquer à votre enfant ce que vous faites. Laissez-lui la possibilité de vous aider. Pas besoin de matériel à acheter et en plus, vous allez voir, il va adorer ! 

Envie d’activités toutes simples à réaliser ? Abonnez-vous à mon compte Instagram et à ma page Facebook où j’en poste régulièrement :

Jeux Montessori 2 ans : Mes coups de cœur

Je vous partage ci-dessous 13 achats coups de cœur (je n’ai aucune affiliation, ces références sont liées à mon expérience de professionnelle et de maman) : 

-Livres et jeux de la collection Balthazar : https://www.editions-hatier.fr/balthazar

-Le Bilibo : https://bit.ly/3vXRi8o

-Table d’activité : https://bit.ly/35VME01

-Coussins sensoriels : https://bit.ly/3x2gtIc

-Mon 1er verger : https://bit.ly/3w2Re7f

-Loto des émotions : https://placote.com/ca/fr/boutique/131-loto-des-emotions.html

-Perles à enfiler : https://www.gifi.fr/product/id/503480/coffret-grosses-perles-deveil-en-bois-animaux-et-foret

-Balles sensorielles : (exemple) https://www.king-jouet.com/jeu-jouet/jeux-eveil/activites-eveil/ref-743469-coffret-de-8-balles-sensorielles.htm

-Coffret pâte à modeler : https://bit.ly/3zU7jPU

-Rampe de course de voitures : https://bit.ly/3zXXoJc

-Chat à tirer : https://www.vilac.com/fr/jouets-a-trainer/1324-minou-3048700017086.html

-Tour d’anneaux : https://bit.ly/3dcbA7J

-Colorino : https://bit.ly/3A14nBb

L'armoire à jeux de ma fille de 2 ans : principalement des jeux d'inspiration Montessori
L’armoire à jeux de ma fille

Penser simple et efficace

Pour vos achats ou idées de cadeaux, pensez aux jeux simples et efficaces. Dans l’idéal, ils ne doivent explorer qu’une notion à la fois. Si on travaille sur les formes, on garde la même couleur. On évite donc les sur-stimulations. Chaque activité vise à développer une compétence en particulier mais l’enfant est invité à être créatif et faire preuve d’imagination. On peut alors être surpris de voir que l’enfant fait tout à fait autre chose que ce à quoi on avait pensé à la base. Et c’est OK !

Attention : quand vous vous procurez des jeux, veillez à ce qu’ils respectent la norme CE. Si vous utilisez des objets de récup, ils doivent être sécurisés (sans bord tranchant ou coupant par exemple). Méfiez-vous des petits objets ou des piles pouvant être ingérés. Il y a des consignes d’utilisation et des notices qui doivent faire l’objet de votre attention. En cas de doute, contactez-moi ici.

A la maison, les jeux de ma fille de 2 ans sont organisés comme cela :

Le meuble à jeux dans la chambre ma fille de 2 ans : à sa hauteur.
Son meuble à jeux, dans sa chambre
la bibliothèque de ma fille de 2 ans : même si les livres changent toutes les semaines, elle reste à sa disposition, dans l'esprit Montessori.
La bibliothèque

A retenir : le vrai et le faux !

Les jeux Montessori, ça coûte cher !

VRAI ET FAUX : Oui le matériel Montessori officiel est souvent assez cher car de bonne facture. Cependant, il est tout à fait possible d’utiliser des jeux d’inspiration Montessori à des prix très abordables ou de s’en procurer d’occasion. De plus, je vous conseille de limiter le nombre de jeux et de recourir tout simplement à des activités de la vie quotidienne ou faites avec de la récup.

Dans la pédagogie Montessori, les enfants font n’importe quoi !

FAUX : ils sont libres de choisir leur activité et d’explorer en toute autonomie. Cependant, l’adulte doit avoir posé le cadre, c’est-à-dire les règles et les limites, au préalable. De plus, en bon observateur, l’adulte a pour rôle de répondre aux besoins de l’enfant. S’il teste un interdit, ‘adulte lui rappelle la règle. S’il a besoin d’aide, l’adulte est là également.

Les activités Montessori sont destinés aux enfants en situation de handicap ou dys !

FAUX : Même si les recherches de Maria Montessori ont débuté avec des enfants en situation de handicap, elle a étendu ses principes à tous les enfants. Les activités proposées sont donc possible pour tous les enfants, à adapter en fonction des besoins et du développement de chacun. 

Montessori, c’est une mode, ça ne sert à rien !

VRAI ET FAUX : OUI c’est une pédagogie mise à l’honneur ces dernières années mais NON elle n’est pas uniquement une mode inutile. En utilisant cette approche bienveillante, respectueuse qui vise à favoriser l’estime de soi et l’autonomie des enfants, nous accompagnons chacun à devenir un adulte de demain, heureux, épanoui et conscient de ses compétences. Des recherches ont d’ailleurs montré que les enfants éduqués avec cette méthode étaient plus sereins et développaient davantage leur potentiel.

Il y a aussi des activités de groupe en pédagogie Montessori.

VRAI : Même si les premières années, l’enfant est centré sur lui-même, toutes les activités proposées ne sont pas individuelles. En effet, les jeux de règles, les activités de la vie quotidienne, les temps histoires ou chansons, les danses, sont des exemples d’activités collectives. L’approche Montessori bannit les comparaisons d’enfant entre eux. L’idée est que chacun avance à son rythme, tout en maintenant la relation avec l’autre. 

Vous ne savez pas comment faire avec votre enfant ? Cela ne se passe pas comme prévu ? Vous avez des questions ou des doutes ? Je suis là pour vous accompagner. Contactez-moi ici 

Cet article vous a intéressé ? Alors pensez à le partager sur les réseaux !

Références

Sources : 

GASSIER, Jacqueline., DE SAINT-SAUVEUR, Colette., dir. L’éveil de l’enfant : expériences psychomotrices et apprentissages culturels In : le Guide de la puéricultrice. 3ème Ed. Masson. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 2012, p.401-428

SECHAUD, Isabelle., BIDEAULT, Anne. Montessori, c’est quoi au juste, L’éducation comme une aide à la vie. L’Enfant et la vie, 2017, n°186, p.24-25.

LAUNAY, Marion. Montessori et les tout-petits. PEPS, 2019, n°27, p.61-62.

CASAL, Anne-Sophie. FM2J. Cours sur l’intérêt du jeu dans la vie de l’enfant. 2015.

Sites internet :

https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/psycho-pedagogie/pedagogie-montessori-aider-lenfant-developper-ses-competences

https://decouvrir-montessori.com

https://www.pensees-montessori.com

https://montessori.petits-chats.fr

Liens : 

PEPS : https://pepsmagazine.com

L’Enfant et la Vie : https://lenfantetlavie.fr

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *